GVA DANCE TRAINING

profesional contemporary dance training in the Lake Geneva region

Information

Groupe Chômage

Nous avons constitué un groupe afin de mieux comprendre divers problèmes liés aux danseurs au chômage. Comment est calculé un nouveau délai cadre, sur quelle période, les contrats etc.

Location: Genève
Members: 19
Latest Activity: Aug 3

Discussion Forum

guide chomage

Started by Susana Panadés Diaz Jul 10, 2009. 0 Replies

Comment Wall

Add a Comment

You need to be a member of Groupe Chômage to add comments!

Comment by Anne Papilloud on August 25, 2010 at 23:10
Bonsoir,

plusieurs événements organisés par le SSRS, je copie notre newslettre, je m'en excuse pour ceux et celles qui l'ont reçue, mais il est tard ;-)

Le 26 septembre on va voter (ceux qui en ont le droit) sur la 4ème révision de la loi sur l'assurance-chômage. Si elle entrait en vigueur, elle aurait des conséquences catastrophiques pour toute une partie de la population (notamment les jeunes qui sortent de formation et les plus de 50 ans) mais en plus elle toucherait de plein fouet le monde de la culture.
En effet un des buts avoués de cette révision est d’empêcher le chômage de longue durée. Or le monde du spectacle vivant s’est construit en Suisse romande comme en France sur le modèle de l’intermittence. Cette situation d’intermittence n’est pas choisie par les professionnels du spectacle, pas plus d’ailleurs que par les employeurs. C’est tout le système qui s’est construit autour de cette production par projet. Et même le plus talentueux des professionnels a de la peine à cumuler 18 mois de travail sur 24!
Pour débattre, informer, organiser, participer: le SSRS organise deux brunchstormings et des distribution de tracts dans les lieux culturels. Plus de détails sur la campagne contre la révision sur le site du syndicat www.ssrs.ch et sur le mur facebook.

le 5 septembre de 11 à 14H brunchstorming à l'Orangerie
Le brunch est offert, les débats passionnants! Vous y découvrirez, la bouche pleine, pourquoi il faudra absolument voter NON et faire voter NON à cette révision de la loi sur le chômage. Si cette révision devait être acceptée en votation toutes les professions du spectacle seraient en danger.

le 12 septembre de 11 à 14H brunchstorming au 2.21


le 30 août 19H30 réunion de préparation dans la white box du GRU

Pour l’organisation de la campagne contre la révision de la loi sur le chômage

Venez nombreux le 30 aout à 19h30 dans la White box du GRU pour que, ensemble, nous organisions une campagne. Il faut se mobiliser, informer la population. Toutes les idées sont bonnes, tous les engagements nécessaires.
Comment by Gilles Jobin on August 25, 2010 at 15:24
Comment by Anne Papilloud on February 17, 2010 at 20:20
Attention cependant car il y a des règles particulières pour les "intermittentEs" du spectacle (chez nous l'art. 8 OACI= ordonnance d'application de la loi), notamment pour calculer le gain assuré et les périodes de cotisation. Si vous avez des questions je fais une permanence ouverte à la profession le jeudi matin, un fois sur deux au Grütli et une fois sur deux à l'Arsenic. Les dates sont sur notre site: www.ssrs.ch. Vous y êtes les bienvenus!
Comment by Gilles Jobin on December 17, 2009 at 9:13
Voici une info du Théâtre du Grütli :
le 21 décembre

DEBAT ORGANISE EN COLLABORATION AVEC GENEVEACTIVE

LE CHOMAGE ET LES INTERMITTENTS: UNE LIAISON DANGEREUSE?

Natacha Jaquerod vous recommande d'aller voir cette page: http://www.grutli.ch/gru2009/events/squat/geneveactive/index.html

Bien cordialement à vous

--
Natacha Jaquerod

Pour le Forum "art, culture et création" - RAAC
022 738 31 75
076 501 61 00
Comment by Gilles Jobin on December 9, 2009 at 9:47
Ci dessous un article de la TDG de mercredi 9 décembre. Il est parfois difficile pour un employeur de faire comprendre aux employés les risques qui sont pris quand on nous demande d'arranger des déclarations de chômage... Nous refusons systématiquement, et pour cause...

_______________________________________________________
ARTICLE TDG

La directrice du théâtre de Poche dénoncée au procureur
Justice | Le théâtre manipulait les contrats, au détriment des caisses de chômage. Françoise Courvoisier dit avoir agi naïvement pour soutenir les comédiens.

Le théâtre Le Poche est dans le collimateur de la justice. Sa directrice Françoise Courvoisier et son ancien administrateur ont été dénoncés au procureur général. Il leur est reproché d’avoir artificiellement gonflé la durée de certains contrats de comédiens. Le procédé permettait aux intermittents du spectacle d’obtenir de meilleures prestations chômage que celles auxquelles ils pouvaient normalement ­prétendre.

C’est le nouvel administrateur du théâtre, entré en fonction voici un mois et demi, qui a alerté le conseil de la Fondation d’art dramatique (FAD). Celle-ci, qui chapeaute Le Poche et la Comédie, a averti le Parquet mardi dernier. La Ville de Genève, qui subventionne la FAD à hauteur de 5,25 millions de francs par an, et le canton, qui lui verse 2,25 millions, ont agi de même.

«Il n’y a pas mort d’homme mais, en effet, des irrégularités avec la caisse de chômage se seraient produites, confirme Jean-Bernard Mottet, porte-parole du Département municipal de la culture. Peut-être le problème vient-il aussi du fait que la loi sur l’assurance chômage est mal adaptée aux intermittents du spectacle.» Suite à ces dénonciations, une enquête préliminaire de police a été diligentée. De ses conclusions dépendra l’ouverture d’une instruction par le procureur.

Françoise Courvoisier, elle, «reconnaît avoir cautionné parfois des aménagements pour les comédiens, soit le prolongement de quelques jours dans leurs contrats de travail. Mais un comédien est tout le temps en travail, en tout cas bien avant le début des répétitions, argumente-t-elle. Il apprend son rôle, se plonge dans la pièce… Pour certains, plusieurs mois avant! Prolonger un contrat d’une semaine, c’était permettre au comédien de vivre un peu mieux de son métier. Ou un peu moins mal. Je n’ai jamais imaginé une seconde le caractère illégal que pouvait avoir ce genre de pratique – secret de Polichinelle dans le monde théâtral romand… Mais il est évident que je le regrette à présent et que je chercherai d’autres moyens pour soutenir les acteurs.»

Elle en appelle à la spécificité des professions du spectacle: «Si le chômage réservait un traitement particulier aux intermittents du spectacle, il y aurait certainement moins d’irrégularités.»

En tant que présidente de l’Union des théâtres romands, elle affirme que «la condition des comédiens est un réel souci pour tous les théâtres de création. Il faut absolument, d’une façon ou d’une autre, préserver cette profession en Suisse romande; les talents sont nombreux et la singularité des artistes suisses indéniable.»

La Comédie hors de cause

La FAD, la Ville et le canton attendent maintenant les ­conclusions de la justice pour décider quelle posture adopter. «Nous suivons l’affaire de très près, mais pour l’instant, la dénonciation n’est qu’une démarche administrative, explique Joëlle Comé, cheffe du Service cantonal de la culture. En tant que fonctionnaires, dès que nous apprenons qu’une institution subventionnée ne respecte pas la loi, nous sommes tenus d’avertir la justice.»

Quant à la Comédie, second théâtre géré par la FAD, Joëlle Comé la met hors de cause. «A notre connaissance, elle n’est pas concernée.»

JÉRÔME FAAS | 09.12.2009 | 00:05
Comment by Bacci Tamara on December 7, 2009 at 14:37
Mardi 8 décembre le Conseil National va discuter de la révision de la loi sur le chômage. On se souvient que la commission qui devait étudier le projet avait refusé d'entrer en matière, par une curieuse alliance de circonstance entre une partie de la droite et la gauche.

Comme tout bon prologue celui-ci n'a pas trop duré et la droite a trouvé un compromis qui a grâce à ses yeux.

Parmi les catégories de chômeurs qui seront plus particulièrement touchés par cette révision il y a bien entendu tous les professionnels du spectacle mais aussi les jeunes qui sortent de formation. Pour nos métiers, on le sait, c'est notamment l'augmentation du nombre de mois cotisés nécessaires pour ouvrir un délai cadre entier qui pose problème. En effet dans les conditions actuelles de travail il sera quasiment impossible pour un travailleur du spectacle d'y arriver. Donc il sera très difficile d'avoir droit au chômage.

Pour les jeunes un cocktail explosif de mesures (diminution du nombre d'indemnités, assouplissement de la notion de travail convenable, etc.) avec comme prétexte qu'ils sont "plus souples" (dixit Charles Favre).

Pour alerter les parlementaires avant le débat du 8 décembre la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse lance une action originale: envoyer un sms aux conseillers nationaux de notre canton. Nous vous proposons de soutenir cette action. C'est très simple il suffit de se rendre sur le site http://www.sms-chomage-des-jeunes.ch/index.php?id=3 et d'envoyer un (des) sms. Si les messages proposés ne vous ressemblent pas ("Ô rage, Ô désespoir, Ô vieillesse ennemie"...) vous pouvez écrire pour vos enfants, nièces, cousins, etc.

Et rien ne vous empêche d'envoyer AUSSI un message pour leur signaler que si cette révision passe les professionnels des arts de la scène vont devoir changer de métier, et qu'une scène vide, c'est laid!
Comment by Gilles Jobin on December 7, 2009 at 9:12
On veut une augmentation du salaire minimum

Le comité du SSRS a décidé d'augmenter le salaire minimum revendiqué pour les professionnels du spectacle. Celui-ci est fixé dans le cadre de notre Convention Collective de Travail (CCT) à 4'000.- brut et n'a pas augmenté depuis des lustres!

Nous sommes certes en train de rediscuter notre CCT et dans ce cadre nous souhaitons revendiquer cette amélioration salariale. Mais par ailleurs il est important en tant que syndicat d'affirmer ce qui à nos yeux est un salaire minimum. Si nous ne parvenons pas toujours comme salarié à l'obtenir, ni comme "employeur" à le fixer, cela doit rester un but pour chacun d'entre nous. Réaffirmer aussi aux subventionneurs que 4'000.- n'est pas suffisant et qu'ils doivent aussi donner aux compagnies indépendantes les moyens de payer des salaires convenables!

C'est dans ce cadre que nous avons fixé le salaire minimum à 4'500.- en rappelant que c'est un salaire de base et que l'on souhaite qu'il y ait une progression au cours de la carrière.
Comment by Gilles Jobin on October 1, 2009 at 19:41
zéro + une qui voudrait s'inscrire (toi)...
Comment by Bacci Tamara on October 1, 2009 at 12:56
Je ne sais pas combien.. Il y a tellement de trucs que des fois, j'arrive plus à suivre. Je ne suis pas syndiquée non plus et il faut que je le fasse.
Comment by Gilles Jobin on October 1, 2009 at 10:56
Il faudrait surtout que les danseurs se syndiquent. Combien de danseurs syndiqués dans notre région?
 

Members (19)

 
 
 

© 2017   Created by Gilles Jobin.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service